Amelia-kimberly-McCreight
En Lettres de Papier | Policier & Thriller | Roman & Littérature

Amelia, Kimberly McCreight

8 octobre 2017

Quatrième de couverture

À New York, Kate élève seule sa fille de 15 ans, Amelia. En dépit d’un rythme professionnel soutenu, elle parvient à être à l’écoute de cette adolescente intelligente et responsable, ouverte et bien dans sa peau. Très proches, elles n’ont pas de secrets l’une pour l’autre. C’est en tout cas ce que croit Kate, jusqu’à ce matin d’octobre où elle reçoit un appel de l’école. On lui demande de venir de toute urgence. Lorsqu’elle arrive, Kate se retrouve face à une cohorte d’ambulances et de voitures de police. Elle ne reverra plus jamais sa fille. Amelia a sauté du toit de l’établissement.

Désespoir et incompréhension. Pourquoi une jeune fille en apparence si épanouie a-t-elle décidé de mettre fin à ses jours ? Rongée par le chagrin et la culpabilité, Kate tente d’accepter l’inacceptable… Mais un jour, elle reçoit un SMS anonyme qui remet tout en question : ” Amelia n’a pas sauté. “

Obsédée par cette révélation, Kate s’immisce alors dans la vie privée de sa fille et réalise bientôt qu’elle ne la connaissait pas si bien qu’elle le pensait. À travers les SMS, les mails d’Amelia, les réseaux sociaux, elle va tenter de reconstruire la vie de son enfant afin de comprendre qui elle était vraiment et ce qui l’a poussée à monter sur le toit ce jour-là. La réalité qui l’attend sera beaucoup plus sombre que tout ce qu’elle avait pu imaginer.

Résultats de recherche d'images pour « amelia kimberly mccreight »Titre: Amelia
Auteur: Kimberly McCrreight
Parution: août 2015
Maison d’édition: Editions du Cherche Midi
Pages: 522

Avis: ♥♥♥♥♥ (avis mitigé)

 

 

Amelia, ou l’adolescence désenchantée

J’ai eu plutôt du mal à me plonger dans Amelia… Je n’ai pas du tout accroché au style d’écriture, et définitivement, les romans young adult ne sont plus fait pour moi ! Heureusement les chapitres évoquant Kate, la mère d’Amelia permettent de nuancer la plume trop “parlée” et “adolescente” évoquant les derniers mois de vie d’Amelia.

Néanmoins je ne regrette aucunement cette lecture qui a su traiter d’un sujet grave et douloureux : la mort d’un enfant au sein d’un établissement scolaire. Comme vous pouvez l’imaginer sont aussi traités les sujets du harcèlement scolaire, du bizutage et des persécutions endurés au sein d’une sororité ou “groupe secret”.

Le poids du regard des autres, la peur du jugement, l’envie d’être spéciale tout en étant semblable aux autres pour ne pas dépasser de la “case” qui leur est assignée, l’envie d’être “cool”, les émotions trop fortes qui assaillent la tête et le corps des adolescents, leur langage vulgaire, leur suffisance et leur trop grande (ou “manque de”) confiance en eux, la violence de leurs mots et actes… voilà le portrait cynique mais réussi de l’adolescence offert par Kimberly McCreight. Pour le moins fidèle, je pense… pas vous ?

Amelia a été “raccordée” par un groupe secret de filles plutôt vulgaires et grossières dont le degré de popularité explose à mesure du nombre de “putain” et de “genre” déblatérer dans une phrase. Pour y être accepter, elle doit réaliser des défis plus ou moins graves et à l’opposé de sa personnalité de fille sérieuse, intelligente et sportive. Désormais Amelia n’a plus la tête fourrée dans les livres mais s’amuse à rejoindre son groupe secret lors de réunions toutes aussi secrètes. Pourtant, elle n’avait jamais eu l’intention de faire partie d’une sororité, sachant pertinemment que sa vie deviendrait un enfer…

Ce n’était sans compter sur l’éveil sexuel d’Amelia qui découvre peu à peu ses sentiments et ses émotions… avec une fille. On aurait alors pu penser qu’avec l’esprit ouvert qu’affichent ces adolescentes, l’homosexualité d’Amelia ne les aurait ni choquée ni révulsée mais c’est sans compter sur la méchanceté et la violence typique de cet âge. Commence alors une série d’humiliation, d’injures et de “coups foireux” pour Amelia qui doit subir sans broncher de peur que le groupe ne s’en prenne à sa meilleure amie.

Ajoutez à cela des interrogations concernant un père anonyme qu’elle n’a jamais connu, une mère aimante mais accaparée par son travail, une meilleure amie égoïste ne jurant que par les garçons, une première petite amie plutôt distante et mystérieuse ainsi qu’un blog de potins sur les élèves du lycée type “Gossip Girl”, et voilà l’environnement pour le moins très réaliste dans lequel Amelia a baigné avant de “se suicider”, “d’être poussée” ou d’être “accidentellement tombée” du toit de son lycée. Je vous laisse le découvrir…

L’énigme est donc bien montée et le suspense est présent jusqu’au bout. Les interrogations s’enchaînent et les révélations sont brillantes. Je regrette seulement le manque d’émotions qui transparaît du personnage de Kate. Je n’ai pas été aussi touchée que je l’aurai espérée par sa détresse face à la perte de sa fille. Peut-être est-ce le style d’écriture qui m’a fait prendre du recul…

Ce livre traite aussi du silence des établissements scolaires et leur responsabilité dans la sécurité des élèves au-delà des quatre murs du lycée, de la culpabilité que ressent toute mère face à ce genre de tragédie mais aussi son combat pour comprendre ce qui est réellement arrivée à son enfant, et surtout l’amour mère-fille auquel il est impossible de ne pas s’identifier !

Si je n’ai pas été touchée aussi vivement que je l’avais espéré par ce drame, impossible de ne pas être émue à la lecture de l’épilogue

•֍•

La littérature jeunesse n’est définitivement plus de mon âge mais Amelia a été une belle découverte. On revit aussi à travers ce personnage nos années lycée et on remercie souvent le ciel que cette période soit belle et bien terminée ! Et surtout que nous l’ayons vécue avant la violence de l’omniprésence des réseaux sociaux et smartphones !

Laisser un commentaire