L'île aux Papillons, Corina Bomann
En Lettres de Papier | Roman & Littérature

L’île aux Papillons, Corina Bomann

9 août 2017

Quatrième de couverture

2008, Berlin. Diana Wachenbach, brillante avocate, est appelée à Londres au chevet de sa grand-tante bien-aimée. Celle-ci lui révèle l’existence d’un secret de famille, resté entier, convaincue que Diana pourra le percer.

Alors que son couple bat de l’aile, la jeune femme décide de s’envoler pour le Sri Lanka, terre de ses ancêtres, colons à Ceylan. Sur cette “île aux papillons”, elle va découvrir une prophétie qui semble avoir changé le destin de sa famille et l’histoire d’un amour interdit plus fort que la mort…

île aux papillons, Corina BOMANN | Éditions PocketTitre: L’île aux Papillons
Auteur: Corina Bomann
Parution: Avril 2015 (1ère parution : Editions Charleston, mars 2014)
Maison d’édition: Pocket
Pages: 550

 

Avis: ♥♥♥♥(très bonne lecture)

 

L’île aux Papillons, une plongée au cœur de la culture Sri Lankaise

Le récit offre une description enchanteresse et bucolique de la vie à Ceylan. Papillons, perroquets, éléphants, plants de thé, frangipaniers et forêt exotique parsèment le chemin de nos héroïnes. On en apprend aussi davantage sur la culture du pays, son histoire sous la domination anglaise et les divisions entre tamouls et cinghalais sont évoquées à travers le personnage de Jonathan, le jeune historien qui accompagne Diana dans ses recherches.

La culture du thé tient évidemment une place prépondérante. On y apprend alors la fabrication du thé au milieu des cueilleuses et des boutons de fleurs, les saisons de récolte : First Flush pour la récolte du printemps, Second Flush pour la récolte de l’été et Third Flush pour la récolte de l’automne.

C’est en tombant sur un guide touristique de la ville de Colombo daté de 1887 que Diana décide d’entamer ses recherches sur son passé familial. Pour une raison inconnue, son aïeule Grace a été déshéritée alors que sa sœur, Victoria, s’est imposée à elle-même comme à tous ses descendants de venir en aide à la famille de sa sœur aînée en cas de besoin. Un secret de famille tellement bien caché que personne n’a jamais osé lire le carnet de Grace, emmuré depuis des années dans la demeure familiale des Tremayne, sous prétexte qu’il pourrait porter malheur.

L’île aux Papillons dévoile alors le quotidien des deux jeunes sœurs, Grace et Victoria, qui en débarquant de leur Angleterre natale dans une culture de thé à Ceylan, doivent s’accoutumer à un nouveau pays, à de nouvelles senteurs et à de nouvelles couleurs. C’est alors une explosion pour les sens.

Les murs étaient ornés d’images saintes et de masques; une grande photo encadrée représentait une danseuse habillée de mille couleurs. Des fleurs de frangipanier s’entassaient au pied d’un petit autel dédié au dieu Shiva. Des bâtons d’encens déroulaient de délicats rubans de fumée. Le tout, dominé par le bourdonnement des conversations sur un fond de musique.

 

La jeune Victoria, intrépide et avide de nouvelles découvertes pousse sa grande sœur à pénétrer dans une bibliothèque de feuilles de palmier sur lesquelles sont inscrites les destinées des hommes. De là, on prédit à Grace une grande tempête qui changera sa vie. Ébranlée par ces prédictions, Grace commence peu à peu à se laisser influencer par la culture et la mode du Sri Lanka au grand dam de ses parents.

Elle intervient même dans les affaires de la plantation de son père lorsqu’elle surprend un contremaître fouetter une jeune adolescente pour avoir “voler” une pomme. Elle obtient alors la sympathie des employés locaux, apprend le tamoul et surtout se rapproche de Vikrama. Ce jeune métisse, n’appartenant à aucune caste, n’obtiendra jamais les faveurs de la famille Tremayne. De plus, la mère de Grace prévoit déjà son mariage avec le fils de leur voisin M. Stockton dont le comportement inapproprié envers Grace la révulse. Ceci n’empêche en rien les jeunes amants de vivre leur amour naissant.

– Il paraît que l’on sait tout de suite si l’on aime quelqu’un ou pas.
– On dit aussi que beaucoup de femmes s’habituent à leur mari et que un jour, leur sentiment se transforme en amour.
– C’est ce qu’on dit en effet, mais toi qui es chavirée en lisant des romans à l’eau de rose et qui connais les œuvres de Jane Austen par cœur, tu serais bien la dernière à vouloir t’habituer à un homme, non ? Ne voudrais-tu pas avoir ton M. Darcy ?”

 

A travers ses découvertes sur l’île, Diana met alors à jour la merveilleuse histoire d’amour de son ancêtre Grace, qui contre les préjugés, le racisme, les traditions et les obligations, aimera passionnément Vikrama. De cette union désormais maudite aux yeux de ses parents, naîtra à bord du Calypso en direction de son retour vers l’Angleterre, la petite Helena.

 

L’amour inconditionnel d’une sœur

Au-delà de l’histoire d’amour entre Grace et Vikrama, L’île aux Papillons dévoile aussi un véritable lien fraternel entre les deux jeunes sœurs. Leur complicité, leurs éclats de rire, leurs escapades à travers Ceylan, leurs longues discussions franches et honnêtes en font deux personnages attachants.

L’amour et le respect de Victoria envers sa sœur aînée fut tels qu’elle essaya toute sa vie durant de “réparer” son erreur; celle d’avoir voulu montrer à leur père le véritable amour que partageait Grace et Vikrama à travers son journal intime, espérant naïvement le lui faire accepter. Le départ de Grace pour l’Angleterre, qui devait accoucher à l’abri des regards indiscrets, et sa séparation avec sa sœur sont d’ailleurs très émouvants.

Ainsi de génération en génération, la famille Tremayne à travers la descendance de Victoria se sentira toujours redevable de la famille de Grace, réparant alors des liens familiaux que l’inacceptable avait déchiré.

\·\

Finalement, je me suis beaucoup plus attachée à l’histoire de 1887 qu’à celle que vit Diana en 2008. C’est certainement la seule déception de ce roman.
Corina Bomann offre un roman dépaysant, pleins de couleurs et d’impressions. Ce fut un véritable plaisir littéraire de découvrir au fil des pages l’histoire envoûtante de Grace ! Je recommande vivement L’île aux Papillons pour les amoureux des sagas familiales, des secrets de famille et des belles histoires d’amour.

Laisser un commentaire