Le Livre des Baltimore, Joël Dicker
En Lettres de Papier | Roman & Littérature

Le livre des Baltimore, Joël Dicker

2 octobre 2017

Quatrième de couverture

Jusqu’au jour du Drame, il y avait deux familles Goldman. Les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair.

Les Goldman-de-Montclair, dont est issu Marcus Goldman, l’auteur de La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert, sont une famille de la classe moyenne, habitant une petite maison à Montclair, dans le New Jersey.
Les Goldman-de-Baltimore sont une famille prospère à qui tout sourit, vivant dans une luxueuse maison d’une banlieue riche de Baltimore, à qui Marcus vouait une admiration sans borne.

Huit ans après le Drame, c’est l’histoire de sa famille que Marcus Goldman décide cette fois de raconter, lorsqu’en février 2012 il quitte l’hiver new-yorkais pour la chaleur tropicale de Boca Raton, en Floride, où il vient s’atteler à son prochain roman.

Au gré des souvenirs de sa jeunesse, Marcus revient sur la vie et le destin des Goldman-de-Baltimore et la fascination qu’il éprouva jadis pour cette famille de l’Amérique huppée, entre les vacances à Miami, la maison de vacances dans les Hamptons et les frasques dans les écoles privées. Mais les années passent et le vernis des Baltimore s’effrite à mesure que le Drame se profile. Jusqu’au jour où tout bascule. Et cette question qui hante Marcus depuis : qu’est-il vraiment arrivé aux Goldman-de-Baltimore ?

Résultats de recherche d'images pour « le livre des baltimor »Titre: Le Livre des Baltimore
Auteur: Joël Dicker
Parution: août 2015
Maison d’édition: Editions de Fallois
Pages: 475

Avis: ♥♥♥♥♥ (coup de cœur)

 

 

Un livre d’une beauté humaine rare

Joël Dicker se place haut dans mon cœur ! Le Livre des Baltimore est le premier livre de cet auteur mondialement reconnu que je lis. Et quelle grandeur ! Quelle beauté d’écriture ! Je ne vais pas résister longtemps à me plonger dans ses deux autres romans La vérité sur l’affaire Henry Quebert et Les derniers jours de nos pères.

Cet auteur m’a tout simplement conquise par son récit débordant d’humanité. Sa plume est pleine d’émotions et de vérité; c’est une belle âme qui transparaît derrière son écriture… et je ne saurai dire si celle de Marcus, notre personnage principal, ou celle de Joël Dicker.

Le Livre des Baltimore est composé de cinq livres qui découpent la trajectoire des Goldman-de-Baltimore en cinq périodes chronologiques principalement marquées par leur jeunesse, l’arrivée d’Alexandra dans le “Gang des Goldman”, leur entrée à l’université, ainsi que le jour du Drame et après le Drame.

Le Livre des Baltimore se lit en réalité comme le journal intime de Marcus Godman qui revient au fur et à mesure du roman sur ses souvenirs des nombreuses années passées dans la maison cossue de Baltimore auprès de ses cousins Hillel et Woody, de son oncle Saul et de sa tante Anita. Aujourd’hui en 2012 écrivain reconnu, Marcus passe plusieurs mois en Floride pour rédiger un nouveau roman. Et c’est durant ces quelques mois qu’il se remémore sa jeunesse.

Marcus nous livre alors son admiration sans borne pour la famille “Goldman-de-Baltimore” au point d’en délaisser la sienne, la famille “Goldman-de-Montclair”. Ébloui par le train de vie de son oncle, son métier d’avocat et sa réputation, ses belles propriétés dans des quartiers luxueux aux quatre coins des Etats-Unis, le petit Marcus se sentait même gêné et honteux de son appartenance aux “Goldman-de-Montclair”. On n’en saura donc très peu sur le compte de ses parents et encore moins sur sa vie menée à Montclair. Une omission volontaire, quoique titillant la curiosité du lecteur, mais le sujet du livre est clair, c’est le livre des Baltimore et non des Montclair.

Le fossé social entre les deux familles est palpable. Les jalousies et rivalités familiales laissaient planer une atmosphère pesante que venait faire voler en éclats les rapports fraternels et joyeux qu’entretenaient Marcus, Hillel et Woody. Les trois cousins avaient même baptisé leur trio “Le Gang des Goldman” réunissant par ce lexique savamment choisi la famille Goldman dans son ensemble, sans distinction.

Idéalisant la famille Goldman-de-Baltimore, Marcus nous relate pourtant que tout ce qui s’y déroulait n’était pas rose. Hillel rencontra beaucoup de difficultés à s’intégrer à son école en raison de son physique et de son intelligence hors du commun. Il sera alors le sujet de brimades odieuses et cruelles par ses camarades durant des mois. Enfant souffre-douleur, martyrisé et humilié, les passages décrits sont d’une violence inouïe. Hillel les supporta jusqu’à ce que Woody fasse son apparition.

On apprend en effet que Woody a été recueilli par la famille Goldman-de-Baltimore, et qu’il n’était donc pas un membre de sang. Abandonné et seul, Woody aura toujours développé son instinct protecteur et attentionné envers Hillel, lui offrant pour la première fois une vie “normale” faite d’amitié, de complicité et de rires.

Lorsque Marcus fuyait sa maison de Montclair pour venir passer certains weekends et les vacances scolaires auprès des Baltimore, le trio vaquait à ses activités et à ses coups d’éclats. Leur lien était indéfectible. Fort. Puissant. C’était un trio rêveur, spontané et soudé comme les doigts de la main. Puis, durant plusieurs années un certain Scott de Neuville s’invita à leur trio brillant avant d’y faire rentrer sa sœur Alexandra.

Alexandra, celle qui fît prendre conscience au trio que tout ne peut pas être partagé. Chacun la voulait pour lui. Chacun jouait de ses forces et appuyait sur les faiblesses des autres. La rivalité, la jalousie s’installa alors sans pour autant nuire à leur complicité. Finalement, c’est Marcus qui l’eut pour lui. Il passa les plus années de sa jeunesse avec Alexandra à écumer les bars pour qu’elle se fasse un nom dans la musique, et lui à essayer d’écrire son premier roman.

Mais Marcus ne cesse de faire référence au Drame. Un drame qui s’est produit à partir de 2002 et qui a fait de Marcus le seul héritier Goldman. Alors les souvenirs, souvent à l’intérieur d’un même chapitre, s’entremêlent et les événements s’entrecroisent entre avant/après le Drame et aujourd’hui, sans pour autant perdre le lecteur. C’est d’ailleurs la force de ce roman. Disséminer des informations par-ci par-là afin que l’on se construise, avide de curiosité, l’histoire des Baltimore.

Que s’est-il passé pour que Hillel et Woody décèdent ? Pourquoi ce Drame a coûté le couple de Marcus et Alexandra ?  Et comment oncle Saul s’est-il retrouvé vendeur dans une supérette alors qu’il croulait sous les millions ?

Si le récit semble simplement narrer les événements qui ont jalonné la vie des Baltimore, des derniers enfants jusqu’aux grand-parents, il renferme une simplicité captivante. Celle de la vie avec un grand V. L’amour, la fraternité, la honte, la gène, la colère, l’humiliation, la force et la dignité sont dépeints avec une grandeur d’âme rarement égalée. Au fil des pages, au fil des événements mais surtout au fil de l’âge, Marcus prend un autre regard sur les Baltimore. L’enfant qui idolâtrait les Baltimore comprend peu à peu les secrets de famille, les non-dits et les rancœurs. Alors tout doucement, Marcus décompose l’ensemble du puzzle mystérieux que formaient les Baltimore.

•֍•

Le Livre des Baltimore se présente comme un manuscrit faisant office de chemin de la guérison, du pardon et de la réparation pour Marcus Goldman. Abandonné à son sort après le décès de Hillel et Woody, ce drame aura considérablement modifié le chemin de sa vie.

Le Livre des Baltimore m’a tout simplement envoûtée. Je ne pensais pas m’attacher autant aux personnages et malgré les drames qui ont touché cette famille, malgré les larmes qu’ils m’ont fait couler, les Goldman restent des personnages drôles, charismatiques et déterminés. Le genre de personnes qu’on aurait aimé connaitre.

Bref, vous l’aurez compris, je vous recommande vivement Le Livre des Baltimore qui a été pour moi un véritable coup de cœur !

Laisser un commentaire